Mot-clé - économie

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche, septembre 29 2013

Onfray

Je viens de me taper une heure de vélo avec Onfray dans les oreilles, c'est doublement fatiguant !

Il y a pas mal de sujets pour lesquels je suis d'accord avec Onfray (enfin ce que je comprends...), mais c'est bizarre il se dit libertaire. C'est un point de désaccord car moi je ne suis pas libertaire, du moins dans le sens où libertaire veut dire pas de loi, donc la loi de la jungle. Dans ce sens le libertarisme est la loi du plus fort donc ça je n'en veux pas. Je suis étonné que Onfray soit ce libertaire là donc c'est possible que j'ai mal compris.

Il y a un mot qui revient souvent c'est ontologie. Bon j'ai l'impression que tout le monde fait de l'ontologie comme monsieur Jourdain... Ah la la ces philosophes !

Sinon après avoir longuement parlé de la révolution, du communisme etc. une question posée l'amena sur l'interrogation de savoir quelles actions sont aujourd'hui révolutionnaires car il admet que faire une révolution comme dans le temps n'est plus possible à présent. Sa proposition est à l'image de Pierre Rabhi, de faire des choix de vie qui s'écartent de la norme qu'on veut nous imposer et d'être un minimum cohérent. Il est évidemment conscient que la conséquence de cela ne va pas apparaitre immédiatement comme une révolution mais il est important pour lui que chacun apporte sa contribution fut-elle minime afin que toutes ces contributions s'ajoutent un jour en quelque chose de plus grand.

Je suis d'accord avec cela, je fais moi-même quelques petites choses, mais le problème c'est que chacun peut très bien aller dans une direction différente de l'autre, et donc la convergence peut prendre très longtemps, et du temps à mon avis on n'en a plus trop avant que le fascisme généralisé s'installe. J'ai l'impression que les gens ne sont pas conscients de "l'extrèmisation" des gouvernements envers tout mouvement de protestation. Ce gouvernement de pantins idéologues qui par exemple envoie 20 CRS pour faire déguerpir de force une manifestation déclarée d'à peine 10 femmes pacifiques (évidemment, elles ne sont pas encore armées) qui veulent protéger la notion de lien mère-enfant (à Rodez).

Mais je m'égare, à propos de révolution cet interview de Frédéric Lordon est intéressante :


Frédéric Lordon : «Revenir aux monnaies... par Mediapart

Frédéric Lordon est en quelque sorte à l'opposé de Onfray car pour lui les actions que Onfray trouve révolutionnaire à terme, Lordon pense lui qu'elle ne changeront rien au niveau politique car les clés des changements sont dans les instances mondiales comme l'OMC, le FMI, la BCE, les Nations Unies etc. C'est à ces endroits que les ultra-libéraux mondialistes agissent et c'est là qu'il faut agir pour les contrer.

Cela va tout à fait dans le sens de l'UPR qui veut par exemple que la France récupère un siège entier à l'OMC et non pas un siège qui mélange tous les pays d'Europe dans lequel les voix individuelles sont noyées (dans les accords transatlantiques...). Dans la même logique l'UPR veut un siège au parlement européen pour pouvoir faire entendre une voix discordante (comme Nigel Farage fait entendre la sienne) dans un concert de consensus ultra-libéraux et anti-démocratiques.

Et je dirai pour conclure et rejoindre les deux bouts que mon adhésion à l'UPR est ma petite pierre pour amener la France à sortir du Titanic Union Européenne.

mardi, juin 28 2011

Banque

Bon alors voila, prêter de l'argent est risqué, donc pour se prémunir du risque les banques utilisent un taux qui varie avec le risque encouru. Quel risque au fait ?
Ah oui, le risque que l'emprunteur ne rembourse pas. C'est évident.
Donc reprenons, tout va bien alors, si l'emprunteur ne rembourse pas, c'est prévu, les taux d'intérêt ont permis à la banque de faire une caisse pour les coups durs.
Mais ?
Alors pourquoi on prête de l'argent à la Grèce (argent servant à rembourser les prêts aux banques) ?
Les banques sont des entreprises privées qui ont tout prévu (voir plus haut, dites si vous ne suivez pas hein ?). En quoi les états et les contribuables des autres pays (nous) devraient aider des banques privées pour éviter un risque qu'elles ont de toute façon prévu ?
Comprend pas.
Surtout je ne comprends pas de quoi se mêlent les états, ils ont abandonné la création monétaire aux banques non ? Donc c'est que les banquiers privés sont d'excellents gestionnaires et qu'il n'y a pas à s'inquiéter, ILS ONT TOUT PREVU !

Tiens ça me fait penser aux nucléocrates, ils ont tout prévu aussi. On est vraiment dirigés par des gens suprêmement intelligents, c'est merveilleux.

BCE donjon vacillant

mardi, avril 5 2011

Banque centrale

En lisant La stratégie du choc, j'apprends des trucs tous les jours même en lisant 2 ou 3 pages par jour. C'est une lecture difficile et pas très réjouissante, c'est le moins qu'on puisse dire, sauf peut-être pour les capitalistes pur jus qui doivent se rappeler de bons souvenirs.
Bref.
On a souvent entendu parler d'une banque centrale indépendante. Je suis certain que dans l'esprit de beaucoup de personnes, c'est une expression qui est ressentie positivement, en particulier le mot indépendance est clairement connoté positivement. Ce mot renvoie à l'indépendance des peuples, des opinions, bref exprime la liberté.

En fait je me rend compte que pour une banque centrale, c'est essentiellement mauvais pour les peuples. L'indépendance est ici par rapport aux états et cela peut avoir des conséquences graves comme par exemple ce qui s'est passé en Afrique du sud après l'apartheid.
A cette époque l'ANC a bradé les aspects économique et les a laissés au pouvoir des économistes ultra-libéraux. Ils ont donc autorisé la création d'une banque centrale indépendante. Le problème c'est quand l'ANC a voulu réaliser son programme censé aider le peuple, ce n'était plus possible d'obtenir des fonds de la banque car l'état ne pouvait plus diriger le fonctionnement de la banque.
Evidemment je raconte ça très mal et peut-être avec des erreurs, il faut lire le bouquin, mais l'idée est là.

On a donc la tête farcie du langage ultra-libéral, et comme 1984 le prévoyait, notre pensée est affectée par notre langage et les mots que l'on utilise. Et comme on utilise les mots les plus entendus, notre pensée est dirigée par une pensée unique rabâchée à longueur de media indépendants.
Demandez à la banque centrale européenne d'allouer des fonds pour donner du travail aux gens, non, ce n'est pas possible, le mandat indépendant est de surveiller l'inflation. On sauve les banques privées pour payer les bonus des traders mais les gens on les laisser crever sans boulot (bien populiste ça non ?).

Un article qui complète mes propos.

mercredi, octobre 27 2010

Ils ne veulent pas créer d’emplois

Ils ne veulent pas créer d’emplois

Voila quelqu'un qui exprime et explique le malaise ambiant des travailleurs par rapport à l'inaction aux actions des dirigeants pour le travail.

mercredi, juillet 28 2010

Les banques en 5 actes

Acte 1 : un particulier fait un prêt pour acheter une maison
Acte 2 : le particulier est viré de son travail pour raison économique, ne peut plus payer son prêt, la banque saisit sa maison
Acte 3 : la banque a des difficultés financières à cause de placements à risque dont la valeur a chuté
Acte 4 : la banque demande de l'aide à l'Etat pour survivre
Acte 5 : l'Etat accorde l'aide à la banque mais augmente les taxes et fait travailler les gens plus longtemps pour payer la banque

Moralité: le seul métier valable est banquier.

samedi, juin 12 2010

La dette

Un petit post rapide pour vous dire que le foot, je m'en balance, et qu'il se passe des choses plus importantes dans le monde et en Europe pour oser s'intéresser à une activité aussi débile que le foot.
Ceci étant dit, pourquoi la dette ?
Je viens de voir l'émission d'Arrêt sur Images qui invite Mélenchon et Attali sur le thème de la dette publique.
J'ai retenu une chose (c'est déjà bien), pour réduire la dette :
Attali s'intéresse aux dépenses, il faut réduire les dépenses (entendez par là, virer les fonctionnaires, supprimer les départements etc.), bref un vrai programme ultra-libéral de destruction de l'état.
Mélenchon lui s'intéresse aux recettes. Il faut augmenter les recettes. Evidemment depuis qu'on se coltine des gouvernements de droite, il ne se passe pas un trimestre sans qu'on nous annonce une nouvelle défiscalisation (la TVA sur la restauration, le plafond sur les impôts, les niches fiscales etc.). Il y a là évidemment de quoi récupérer des sous. Il citait en particulier le cas d'une niche fiscale sur les ventes de filiales qui a coûté 20 milliards ! En fait je crois avoir lu qu'elle n'était budgetée que pour 1 milliard par Copé.

Donc bien qu'ils étaient d'accord pour dire que l'austérité n'est pas la bonne solution pour sortir de la crise, il y a une différence claire sur les solutions à adopter.

mardi, octobre 31 2006

Protocole de Kyoto

On pense tous que ce protocole est une bonne chose mais certains effets sont assez inattendus. Par exemple, d'après un article de Courrier International, il existe un marché d'échange de tonnes de CO2. Les entreprises doivent respecter un certain quota d'émission de CO2 et si elles veulent dépasser ce quota, il faut qu'elles achètent à d'autres entreprises ou pays (qui sont en dessous de leur quotas) des "droits à polluer" supplémentaires.
Le but étant de respecter globalement un quota maximum.
Il se trouve que la Chine peut vendre ces droits (taxés à 65% par le gouvernement Chinois) , du coup les entreprises européennes achètent à la Chine des tonnes de CO2 et sont donc obligées d'augmenter leur tarif pour payer ce surcoût.
C'est donc le consommateur européen qui supporte le coût de la pollution du à la fabrication d'un produit et qui enrichit la Chine.

L'enseignement qu'on peut en tirer est que le consommateur doit désormais savoir si un produit vient d'une entreprise qui est en dessous ou au dessus de ses quotas. A-t-il les informations nécessaires pour faire ce choix ?

Je préfère donner de l'argent à une entreprise qui limite ses émissions plutot qu'a une entreprise qui pollue et qui enrichit le gouvernement Chinois. Car si les consommateurs continuent d'acheter - sans vraiment le savoir - des produits issus d'entreprises polluantes, alors la pollution ne risque pas de diminuer, par contre les prix vont flamber.