samedi, juillet 2 2016

Invasion

Il existe un certain nombre de films américains qui décrivent une situation d'invasion de la Terre par des extra-terrestres. Les extra-terrestres sont en général très laids et évidemment très méchants.
Qu'ils soient méchants, cela peut se comprendre, après tout ils veulent nous tuer et prendre notre place sur la Terre. Par contre qu'ils soient laids je n'ai toujours pas compris pourquoi. Alors parfois ils peuvent prendre l’apparence humaine pour mieux nous tromper. Ca fait moins d'effets spéciaux.
Bon alors que se passe-t-il ?
Et bien les humains retroussent leur manches, oublient leurs querelles et bottent le train de ces ET indésirables.
Alors tout ça c'est très beau mais cela me renvoie à l'époque où les USA étaient le pays des indiens d'Amérique et que les envahisseurs étaient des hordes de cinglés venant d'Europe. Les indiens ont bien essayé de résister à l'envahisseur mais ces cons-là avaient des lasers armes perfectionnées et donc une supériorité technique décisive. Ils n'avaient aussi aucun honneur ce qu'il leur a permis de berner les tribus qui n'étaient pas du tout habituées à une telle hypocrisie.
Bref les jeux étaient faits d'autant que les colons s'estimaient dans le droit de conquérir ces terres qui semblaient-il ne servaient à rien. Ils ne comprenaient ou ne voulaient pas comprendre la vie que menaient les tribus. Alors quand Dieu est avec nous on massacre sans se poser de question.
Des cinglés je vous dis.
Donc pour en revenir au cinéma, je n'ai pas encore vu dans ces films d'extra-terrestres belliqueux une petite allusion à la façon dont les USA se sont créés. C'est donc pour moi d'une parfaite hypocrisie et d'un très grand cynisme.
Les USA participent aux plus grands massacres guerriers sur la Terre et Hollywood voudrait nous faire croire que ce pays est solidaire de tous les résistants à l’envahisseur.
Maintenant que j'y pense c'est désormais l'Europe qui est doublement envahie d'un côté par l'impérialisme culturel et économique US et d'un autre côté par des hordes de sauvages d'Afrique et du Moyen-Orient qui ne veulent pas se battre pour défendre leur pays, préfèrent forcer l'entrée de celui des autres, massacrer et violer, le tout en braillant au nom de leur infâme déité régressive.
Alors si on suit l'enseignement d'Hollywood, il faut prendre les armes et botter le train aux envahisseurs.

lundi, mai 2 2016

Terminator

Non je ne vais pas faire la liste des incohérences du scénario de tous les épisodes de Terminator.
En fait je voudrais juste attirer l'attention sur un procédé cinématographique utilisé dans les combats entre humains et robots.
Ainsi il est très courant que les robots frappent l'humain de manière à l'envoyer valser dans un mur ou ailleurs. Il (le robot) peut aussi le prendre par une jambe et le projeter et doit ensuite marcher (ou ramper) pour aller frapper l'humain une nouvelle fois. On assiste donc à une espèce de jeu de foot où le robot shoot dans le ballon pour ensuite courir le chercher un peu comme un chat avec une balle.
Évidemment la logique voudrait que le robot tordre le cou de l'humain une fois que celui-ci est proche de lui puisqu'il a un avantage énorme en force. Il a tout intérêt à se retrouver au contact de l'humain pour en finir facilement.
Mais ce n'est jamais ce qui se passe.
Un autre élément amusant est qu'un terminator ne coure jamais pour attraper un homme (sauf peut-être dans le II). Non il se doit de marcher lentement, en prenant son temps comme si il savourait son plaisir de faire la chasse aux humains. Comique non ?
Du coup les combats sont juste tournés pour remplir un film avec des scènes inutiles et ridicules. On n'y croit pas un instant car on voit bien que le robot devrait gagner à tous les coups et inconsciemment (du moins quand on voit le film pour la 1ère fois) on se dit qu'il y a quelque chose qui ne va pas.
La débilité du cinéma m'étonnera toujours.

lundi, février 29 2016

Tron Legacy

Bon ce film est plutôt plaisant, les trucages sont assez réussis, la musique est super mais il y a des côtés gênants.
Le premier point qui m'a gêné c'est que l'univers dépeint est trop proche du réel. Si je fais une comparaison avec le Tron 1982 dans lequel l'environnement est clairement bizarre, dans Legacy finalement ça ne semble plus si bizarre.
Je vais essayer d'expliquer.
Par exemple dans Tron 1982 les vaisseaux n'ont pas un déplacement d'avion ou d'hélicoptère, c'est comme si les lois de la gravité et de l'aérodynamique n'existaient pas. Et c'est très bien ! Cela donne cet aspect totalement étranger à ce monde.
Par contre dans Legacy les vaisseaux semblent se mouvoir comme des hélicoptères, ils font des virages sur l'angle (pourquoi dans un monde informatique ?). Bref c'est trop commun. Ce que je dis pour les vaisseaux s'applique totalement pour les motos puisque dans Tron 1982 les motos font des angles droits alors que dans Legacy elles font des bêtes virages.
Deuxième exemple c'est la matière. Dans Tron 1982 la matière semble malléable à souhait et ne ressemble à rien de connu alors que dans Legacy elle est beaucoup plus ordinaire. En particulier dans Tron 1982 le grand vaisseau est supprimé morceau par morceau et c'est une scène impressionnante car cela fait penser à quelqu'un qui supprimerait des lignes dans un fichier. Rien de tel dans Legacy.
L'extérieur de la ville aussi n'est pas convaincant dans Legacy puisqu'il contient des montagnes de pierres. Si on fait une analogie avec une mémoire d'ordinateur, si elle n'est pas programmée elle contient soit des 0 soit un bruit de 0 et de 1. Donc pourquoi des montagnes ?

Dans une scène au début le jeune Flynn est blessé et saigne. Les programmes en déduisent que c'est un concepteur. C'est quand même étrange de saigner pour un corps dématérialisé et immortel. Quel intérêt ?
A la fin il y a Clue qui harangue ses foules de programmes en leur expliquant qu'ils vont envahir le monde réel. Euh ?! Quel besoin a-t-il de convaincre des programmes qui font ce pourquoi ils sont programmés. C'est de l'anthropomorphisme déplacé.
Ce film reprend aussi des scènes de Matrix comme la scène dans le bar avec le gars et sa canne qui est une copie du Nérovingien de Matrix. Cela n'apporte pas grand chose, et c'est même assez pénible.
Et puis il y a le problème de la numérisation. Ben oui le corps de Flynn a été numérisé et introduit dans l'ordi mais il devient quoi son corps réel, il est où ? Quoique dans Tron 1982 il me semble que le corps était désintégré puis réintégré mais dans Legacy ce n'est pas très clair.
Et pourquoi donc l'avatar de Flynn vieillirait dans la grille ? C'est absurde non ? Cela voudrait dire que Flynn a découvert le processus de vieillissement et l'a inclus dans son avatar. Mais qui voudrait avoir un corps qui vieillit quand cela ne dépend uniquement que d'un programme ?

Donc au final un film pas très cohérent (est-ce que cela existe ?) pendant lequel il faut laisser son cerveau au repos sous peine d'être déçu.

mardi, février 16 2016

Chappie

C'est finalement un film assez intéressant et émouvant bien qu'il soit totalement débile d'un point de vue technique et je ne vais pas faire la liste ici ce serait trop long et je n'en ai pas le courage.
Évidemment, l'émotion est ici une réaction générée par notre anthropomorphisme. Cela rejoint un article que j'ai déjà écrit et dans lequel je déconseille fortement de faire cohabiter sur Terre deux espèces différentes mais de même niveau intellectuel. C'est la guerre assurée.
Il y a un élément du film qui pourrait sembler novateur du moins au cinéma, c'est le transfert d'une conscience artificielle ou non dans un ordinateur pour en prendre le contrôle.
Cette idée n'est évidemment pas nouvelle mais elle m'a rappelé un épisode de Yoko Tsuno : Les 3 soleils de Vinéa.
Dans cet épisode, Yoko rencontre le père de Khany sous la forme d'une mémoire dans un robot. C'est exactement ce qui s'est passé dans Chappie : transférer un cerveau humain dans un ordinateur. La BD date de 1980 donc ce n'est pas tout jeune et à l'époque cela ne me choquait pas le moins du monde. Ce n'est plus le cas maintenant...
Cette idée est aussi reprise dans Tron de 1982 et sa suite Tron Legacy en 2010 sous une forme légèrement différente puisque la conscience n'est pas transférée dans un robot mais s'incarne dans un corps virtuel à l'image du corps réel.
Maintenant que j'y pense il y a une réplique du film Chappie qui m'a vraiment choqué, c'est quand le créateur de l'IA dit à Chappie qu'il ne peut pas transférer sa conscience car en gros l'âme ne se transfère pas. Le gars vient de créer un programme de conscience, donc une suite de 0 et de 1 et dit qu'il ne peut pas la copier ! Il est con ou quoi ? Il faut toujours que les gens mettent Dieu là où il n'est pas nécessaire. Einstein a éliminé l'éther du cosmos car il ne servait à rien. J'aimerai qu'on fasse de même avec Dieu.

mercredi, janvier 27 2016

Le seigneur des anneaux

Ce qui me rend perplexe à chaque fois que je regarde le film Le seigneur des anneaux (trilogie) c'est l'absence d'agriculture.
Le nombre de combattants et d'habitants est tout de même important mais nulle part (à part peut-être chez les Hobbits) on ne voit de champs et de paysans occupés à y travailler. On ne voit pas non plus d'élevages.
Tolkien à soi-disant créé un monde dans ses moindres détails mais avec des gens qui récoltent leur nourriture je ne sais où.
Par contre les étendues de plaines rocailleuses et les montagnes pullulent. Franchement ce genre d'endroit ne peut pas supporter une population aussi importante.
Les armées sont aussi étranges car il y a uniquement que des combattants. Il me semble que dans l'armée des USA le ratio est de 3 (ou 2 ?) non combattants pour un combattant car il faut justement gérer la nourriture, les repas, le matériel etc.
Rien de tout cela dans Le seigneur des anneaux.
Les combattants s'occupent juste de leur chevaux et de leur épées et on ne voit qu'eux. En particulier quand ils font des voyages, ils ne trainent aucune caravane pour transporter du matériel autre que des armes. Je veux bien qu'ils chassent pour se nourrir mais il ne me semble pas y avoir une faune suffisante pour nourrir des armées de 10000 hommes tous les jours. D'ailleurs l'activité de chasse devrait alors être très importante et être l'occupation permanente d'un groupe de chasseurs très efficaces. La chasse n'est pas tout à fait la même chose que le combat.
Je pense que je pourrais dire la même chose des armées du Mordor mais qui sait ce dont a besoin un Orque ? A ce propos la scène dans laquelle certains Orques (?) se rebellent car ils ont faim est des plus comiques. Ils doivent être un millier et il suffit de tuer un individu pour satisfaire les autres. Ce n'est pas très sérieux.

dimanche, octobre 18 2015

V pour Vendetta

Ce film est vraiment en phase avec ce qui se passe actuellement sur plusieurs points:

  • la dictature par une caste d'oligarques
  • le contrôle des populations par la terreur
  • la main-mise de l’État sur les media
  • l'abrutissement par des programmes TV débiles
  • la somnolence de la population (à part à la fin pour les besoins d'une fin...)
  • etc

J'aime particulièrement le discours de V à la télé. Il est vraiment bien fait.

Il y a néanmoins un domaine ou le film se plante lamentablement c'est au sujet de l'homosexualité qui est strictement interdite et réprimée dans le film alors qu'en ce moment ce qui est interdit c'est de la critiquer ou de critiquer les lobbies qui la défendent.
Du coup j'ai toujours un malaise quand le film arrive sur ce sujet. J'ai l'impression d'être à une autre époque, alors que pour tous les autres aspects du film cela semble pertinent.
En y réfléchissant, je pense que ce traitement de l'homosexualité est le résultat du lobby LGBT sur la production ou une propagande délibérée du réalisateur. Cela me semble évident maintenant.

A bien y repenser il y a quand même un autre aspect du film qui est à côté de la plaque c'est que l'action se passe en Angleterre et on y voit aucune personne d'origine étrangère. C'est assez frappant et là aussi on a l'impression d'être revenu dans un passé d'avant la seconde guerre mondiale.
On peut se demander pourquoi avoir fait un film qui semble se dérouler avant ou peu après la seconde guerre mondiale pour dénoncer principalement des problèmes contemporains.
En fait ces problèmes sont ceux du nazisme et peut-être que le film veut avertir sur une remonté possible du nazisme.
A ce sujet il faut noter que les partis nazis existants comme Aube Dorée en Grèce ou Svoboda en Ukraine ne sont pas vraiment combattus par les pouvoirs en place. Svoboda est même au gouvernement putschiste d'Ukraine installé et adoubé par les USA et l'UE !
Tout se rejoint finalement car le premier président de l'Europe était Walter Hallstein, un ancien nazi, et que l'objectif d'Hitler était de fédérer tous les États d'Europe dans une même entité. Cela ne vous rappelle rien ?
Le film est donc toujours d'actualité sur cet aspect, dommage que le message soit brouillé par la propagande LGBT.

vendredi, août 14 2015

Extant

Continuons notre examen du cinéma sous l'angle du réalisme (et d'autres aspects) avec aujourd'hui la série Extant qui met en scène un futur proche.
Dans ce futur, un scientifique et son équipe construisent un androïde enfant qu'il intègre à sa famille car sa femme et lui n'arrivent pas à avoir d'enfant.
Rien que d'écrire cet énoncé me plonge dans un drôle d'état !
D'abord, construire des androïdes est pour moi une maladie qui devrait être traitée comme telle. En effet quel intérêt a-t-on de remplacer les humains par des robots ? Pour faire le ménage, pour conduire la voiture, pour le sexe aussi bien que la guerre ? Bref l'idée sous-jacente est d'avoir son esclave obéissant. Est-ce que ce but élève la pensée humaine ou est-ce plutôt un retour vers un passé peu glorieux ? On va me dire qu'une machine esclave n'est pas la même chose qu'un être humain. C'est là que cela devient croustillant car le but des gens qui font des androïdes en particulier dans Extant est d'approcher le plus possible les êtres humains. Ainsi dans Extant, le cerveau du robot n'est absolument pas bridé par les trois lois de la robotique que Asimov a trouvées et qui empêchent les robots de se retourner contre leur créateur. Finalement on a dans cette série quand même une exception car l'inventeur ne veut visiblement pas un esclave car il fait tout pour qu'il soit comme un enfant ordinaire avec ses essais, ses erreurs, bref son apprentissage de la vie. Mais alors pourquoi fait-il ça ? Il me semble qu'il a décidé de le faire avant même de se rendre compte que son couple ne pouvait pas avoir d'enfant.
Je pense que la réponse est : parce qu'il peut le faire. Il existe des scientifiques sans conscience qui ne réfléchissent jamais aux conséquences de leurs actes. En l’occurrence ici il ne faut pas longtemps pour que le gouvernement, l'armée récupère ses recherches.

Ensuite, intégrer un robot dans sa famille en tant qu'enfant, c'est difficile à décrire mais pour résumer, il faut quand même être cinglé non ?
La manipulation mentale du spectateur est facilitée par le fait que le robot est joué par un humain ! Alors évidemment les scènes émouvantes sont aussi émouvantes que dans le reste du cinéma. Pour être honnête, toute créature animée mimant les comportements humains peut émouvoir (voir Wall-E). C'est ce qu'on appelle l'anthropomorphisme. On ne peut être familier qu'avec ce qui nous ressemble.
C'est justement un aspect étrange. Imaginons que ces robots prennent leur distance par rapport aux humains et qu'ils décident de ne plus leur ressembler. Ils vont se modifier pour avoir quatre bras, des yeux sur 360°, des mains multi-fonctions si cela leur semble plus pratique. On aura donc créé une autre espèce d'être pensant sur la Terre et qui n'aura pas du tout les mêmes intérêts que nous. Pensez-vous que ce soit une bonne idée à terme ? J'ai beau y réfléchir, je n'arrive à imaginer une cohabitation possible.

Pour en revenir au réalisme, le fait de fabriquer des robots pensants autonomes n'est pas possible dans un futur proche néanmoins les protagonistes de cette histoire circulent dans des voitures électriques actuelles (Tesla, BMW, etc.). Ils se contactent aussi avec des téléphones légèrement améliorés et ont des navettes et des stations spatiales tout à fait ordinaires.
Cette technologie connue côtoie celle des robots qui disposent (évidemment) d'une interface vocale à reconnaissance multi-locuteurs sans faille, peuvent se connecter à tous les réseaux sans fils, décrypter tous les codes possibles, résoudre tous les problèmes avec un esprit d'initiative assez remarquable. Ils ont aussi une batterie qui tient dans une boite d'allumettes et se déplacent avec la même facilité qu'un humain.
Je trouve que tout ça forme un ensemble assez anachronique et qui montre la difficulté de construire un univers futuriste cohérent.

Il y a en plus dans Extant un autre aspect, c'est que la Terre subit l'invasion d'extra-terrestres. Et tout cela a commencé parce qu'une astronaute a vu dans la station spatiale son mari décédé quelques mois plus tôt. Bon. Une astronaute c'est quelqu'un de rationnel normalement. Il y aurait du avoir une alerte dans son cerveau pour dire : pas normal, méfiance, danger, partir. Et bien non. Donc voila, elle se retrouve enceinte d'un ET et redescend sur Terre avec et les gros problèmes commencent.
Bon dans tous les films, les protagonistes réagissent à un moment ou à un autre de manière irrationnelle. C'est à croire que ce n'est pas possible de faire une histoire sinon.
Si on continue un peu l'histoire, on découvre que les ET peuvent influencer les humains sans problème et les militaires trouvent donc que la solution pour les combattre (oui ils ne sont pas amicaux, étonnant non ? Mais ce n'est pas Spielberg le réalisateur...) est d'utiliser les nouveaux robots. Eurêka ! Voyez bien que ça sert à quelque chose de fabriquer des robots.
A cela je réponds non et encore non. Pendant qu'on essaye de faire des machines qui gigotent comme nous, on ne développe pas notre cerveau. Peut-être que notre cerveau à des ressources insoupçonnées qui auraient permis / pourraient permettre de lutter contre une prise de contrôle par les ET. Et je ne parle pas forcément de capacités extra-sensorielles. Si l'astronaute avait eu des capacités d'abstraction et de déduction supérieures, elle aurait pu analyser la situation de façon plus détachée, se construire une explication rationnelle probable et prendre d'autres décisions.
Pourquoi la machine est-elle la réponse à tous nos problèmes ?

PS: je n'ai pas fini la saison deux donc ce que j'écris peut être remis en question...

samedi, août 8 2015

Deep Impact

Je sais, c'est un film assez ancien maintenant mais qui est constellé de trucs vraiment débiles donc il fallait que je note ça quelque part. En vrac :

  • bon c'est quoi l'urgence qu'il y a à quitter l'observatoire en catastrophe une fois la découverte de la comète faite ? Elle va mettre des mois à arriver. Il peut finir sa pizza et aller se coucher, elle sera encore là le lendemain. Et ça se dit astronome !
  • comme toujours on entend des sons dans l'espace
  • on dirait que c'est la première fois qu'ils allument leur moteur atomique Orion expérimental, euh, sérieux ?
  • ils trimballent à la main des ogives nucléaires d'un endroit à un autre dans leur vaisseau spatial ! Est-ce bien raisonnable et utile ? En plus ces ogives n'ont pas vraiment l'air d'être protégées, c'est pas un peu radioactif tout ça hum ?
  • ils envoient un vaisseau dans un endroit (la comète) qui éjecte des blocs grands comme des maisons mais apparemment il suffit de faire un peu de slalom pour les éviter (sauf que la trajectoire semble être prévue à l'avance, mais à quoi sert le pilote alors?). Euh pas de bouclier, de blindage ?
  • quand ils décident d'avancer le vaisseau pour se rapprocher des "mineurs" et qu'ils stoppent faute de carburant, le vaisseau s'arrête ! Je rappelle que c'est quasiment l’apesanteur, pour s'arrêter il faut appliquer une force dans le sens inverse... Il ne sert donc à rien d'avoir les moteurs allumés tout le temps à moins de vouloir accélérer. Et "Lou" le pilote est censé être un vétéran de l'espace, quelle rigolade !
  • un type se brûle le visage et les yeux sur la comète car il a oublié d'abaisser sa visière. Je veux bien croire que le Soleil est un peu plus brillant dans l'espace mais de là à bruler, non je ne crois pas.
  • quand la comète explose, l'onde de choc bascule le vaisseau, mais celui-ci revient à sa position d'origine, il aurait du entamer une rotation sans fin, qu'ils n'ont pas du stopper car ils n'ont quasiment plus de carburant. En fait je me demande si une onde de choc peut exister dans l'espace. Je crois que non vu qu'il n'y a pas d'air à déplacer. Ils appellent ça le "souffle nucléaire" !?
  • après le vaisseau à propulsion nucléaire, la bombe nucléaire dans la comète, et bien voici une frappe de missiles...nucléaires. Vive le nucléaire !! Bonjour la propagande.
  • et donc les survivants de l'arche ne peuvent pas avoir plus de 50 ans. Plus de 50 ans inutiles ! Super le jeunisme !
  • les motards n'attachent jamais leur casque... D'ailleurs les soldats (pas forcément dans ce film) non plus, c'est étrange le cinéma. Ah le casque s'est attaché tout seul en cours de route.
  • les gens sont bloqués sur une route avec leur voiture et aucun ne pense à partir à pied sur une hauteur avant que le tsunami arrive. C'est pas faute d'avoir expliqué ce qui allait se passer quand même ! A quoi ça sert que le président fasse des discours à la télé ?

mercredi, juillet 6 2011

Space:1999

C'est drôle, autant Cosmos 1999 est complètement débile sur le plan scientifique, autant les problèmes évoqués dans le premier épisode sont d'une actualité brulante (comme on dit chez les journaleux).
La Lune sert de dépotoir aux déchets nucléaires et cette accumulation de déchets provoque une explosion gigantesque qui projette la Lune hors de l'attraction terrestre.
Alors c'est ça qui nous attend ?
Après avoir transformé la Terre en poubelle, il faudra que la Lune y passe.
On pourrait penser que ça n'est pas très grave que la Lune explose (comme dans le film La machine à remonter le temps) ou disparaisse mais il y aurait forcément des répercussions importantes sur Terre. La Lune participe aux marées et si elle n'est plus là, toute la circulation océanique risque d'être bouleversée, entre autres...
La morale de l'histoire est qu'on ne peut pas impunément accumuler les déchets nucléaires sans causer de catastrophe. Même un enfant de 10 ans peut comprendre ça. Alors pourquoi pas nos dirigeants ?

mardi, avril 19 2011

Tron

J'ai commencé la mise en partition du morceau de fin du film TRON de 1982, parce que j'aime beaucoup ce morceau de Wendy Carlos, comme toute la BO du film d'ailleurs. Je ne suis pas sûr d'aller beaucoup plus loin mais c'est déjà un bon début.

Tron - End Title

samedi, mars 26 2011

Gasland

Je viens de finir de regarder ce documentaire sur les forages gaziers aux USA.
C'est flippant.
Encore une source de pollution qui contamine l'environnement, empoisonne les gens, la flore et la faune, sans que le gouvernement ne fasse rien pour arrêter ce désastre.
Les gens peuvent mettre le feu à l'eau qui sort de leur robinet ! Elle est tellement contaminée. C'est dingue. Et ce qui est encore plus dingue c'est que les compagnies gazières viennent voir, analysent l'eau et repartent en disant : tout est normal.
Ils mettent aussi le feu aux ruisseaux qui crachent du gaz en bouillonant.
Au moment du film, il était question d'autoriser le forage dans une zone qui constitue la réserve d'eau douce pour les états de New York et de Pennsylvanie, soit 15 millions de personnes. Ils se posent des questions !!!!

Et des gens voudraient ça en France !
On n'a pas assez des nitrates, des PCB, des pesticides, du nucléaire, non il faut aussi le gaz, les déchets de forage, les produits chimiques dans l'eau.
Y en a vraiment marre de ces conneries.

vendredi, janvier 2 2009

Pour me souvenir...

Des films que j'ai bien aimés : Sleep Dealer et puis The Visitor.
Ah et puis aussi WALL-E et Tokyo.

mercredi, décembre 24 2008

Nos enfants nous accuseront

J'ai vu ce film hier soir et c'était très intéressant et comme un bouffée d'oxygène. En effet certains critiques parlent de l'effet anxiogène du film, je pense moi au contraire qu'il apporte de l'espoir car on y voit : des enfants qui mangent avec plaisir, des enfants qui s'intéressent à la nature, des élus qui s'investissent dans un projet novateur avec conviction, des agriculteurs bio qui expliquent en quoi leur travail est différent de celui des agriculteurs "conventionnels".
A ce propos la confrontation entre les deux agricultures est édifiante. Là où l'agriculture conventionnelle utilise des engrais et autres produits chimiques pour pallier les déficiences d'une terre de plus en plus morte, les agriculteurs bio s'attachent à maintenir la terre en vie, et par là les cultures en bonne santé et résistantes aux maladies. Ca paraît évident mais alors pourquoi continuer à tuer la terre avec tous ces produits ?
Il en ressort l'impression très nette que les agriculteurs conventionnels sont emprisonnés dans un carcan financier et idéologique.

Le film regorge d'images des magnifiques paysages du Gard, mais aussi d'images d'agriculteurs qui, couverts de casques de cosmonautes, pulvérisent des produits toxiques sur leurs cultures.
Evidemment le film aborde aussi le sujet des cancers avec des témoignages bouleversants.
C'est pourquoi je suis atterré par les critiques "presse" qui le démolissent sous des prétextes futiles, et la différence avec les spectateurs (voir sur allociné) montre à quel point il y a une divergence sur les critères qui font un bon reportage lorsque le sujet concerne la vie des gens.
Un film indispensable pour moi donc.

samedi, décembre 22 2007

L'inconnu connu

Il y a énormément de films dans lesquels les protagonistes recherchent un dangereux malfaiteur pendant longtemps pour apprendre vers la fin que c'était un des personnages qu'on voyait depuis le début ou presque. C'est tellement courant que j'en ai tiré un axiome du cinéma : "un personnage ne peut pas apparaître vers la fin d'un film". C'est inconcevable car quel acteur accepterait de ne jouer que dans la fin ?
La conséquence est que tous ces films soi disant à suspense peuvent être décryptés bien avant leur dénouement. Le dernier en date qui m'a fait cet effet est "Créance de sang" avec Clint Eastwood. Dans ce film il y a très peu de personnages ce qui facilite le choix du méchant de service.
Il y a plein d'autres artifices dans le cinéma évidemment, et une fois qu'on les découvre, le spectacle perd un peu de sa saveur pour devenir la Nème interprétation d'une même histoire recyclée à l'excès.

dimanche, août 5 2007

Dark City

Je viens de voir le film Dark City sur RTL9 et comme j'ai fait quelques recherches sur le Oueb, je suis tombé sur un comparatif entre Dark City et Matrix.
Je dois dire que c'est assez convaincant.
Toujours est-il que j'ai trouvé Dark City très intéressant et impressionnant, en particulier les scènes dans lesquelles les immeubles se construisent tout seul. J'aime aussi beaucoup l'actrice Jennifer Connelly que j'ai vu la première fois dans Phenomena dont le seul intérêt (à part Jennifer) est la bande son.
Bref, pour en revenir à Dark City, ça m'a fait pensé à la BD Les murailles de Samaris de Schuiten, en plus l'ambiance de folie est un peu similaire. Cette impression m'a fait ignorer la ressemblance avec Matrix qui décidément n'a pas inventé grand chose à part l'effet spécial qui fige une scène et permet à la "caméra" de tourner autour (c'était fait avec 36 caméras synchronisées je crois).

mardi, mai 2 2006

Le choc des titans

J'aime bien ce film mais là je le regarde en VO.
Ca ne va pas du tout, les paysages grecs, les dieux, Andromède etc. ca ne colle pas très bien avec l'anglais. On a l'impression de regarder un Monty Python, c'est nul. Les acteurs ont un accent trop marqué qui cadre mieux avec une pièce de théatre. L'anglais transforme un film d'aventure en drame Shakesperien.
En fait il faudrait du grec sous titré !