samedi, septembre 13 2014

Regarder en arrière

Oui je sais il n'y a que les "has-been" qui regardent en arrière, les gagnants regardent vers l'avant. Dans Star Wars (une référence comme une autre...) Yoda lui préfère s'occuper du présent.
Quand je relis mes articles sur ce blog, je retrouve mes pensées et je suis souvent d'accord avec moi-même. Ce n'est pourtant pas une nécessité.
L'intérêt d'écrire est de se poser un minimum pour réfléchir et exprimer ce qu'on pense et de choisir aussi une opinion. Il y a des gens qui n'ont jamais aucun avis parce qu'il leur manque toujours des éléments d'information pour décider si c'est blanc ou noir. Je ne crois pas avoir ce problème. Je préfère avoir une opinion à un instant donné car cela guide mes choix. Sinon on est paralysé par l'hésitation : et si je me trompais ?
Je peux aussi changer d'avis car c'est normal d'évoluer dans sa réflexion au fur et à mesure qu'on est confronté à l'existence.
Cela m'amène à la démocratie.
Je pense que la démocratie est une bonne chose car les gens devraient toujours avoir le droit d'exprimer leur souhaits. Ils ont aussi droit de se tromper. Une minorité qui pense avoir raison ne devrait pas avoir le droit d'imposer sa vue à la majorité. C'est vraiment ce qui se passe en ce moment avec l'UE. Une clique auto-proclamée impose à toute l'Europe une direction opposée à celle d'une majorité. Bientôt je pense que tout le monde va s'apercevoir qu'il est devenu impossible de leur faire changer de direction. Alors que fait-on généralement quand on est dans un véhicule qui va vers un précipice ?
ON SAUTE !
Pour sauter de l'UE il faut utiliser l'article 50 du Traité de l'Union Européenne dont je met ici la première phrase : Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l'Union.
Et je conclu ce billet qui part en cacahouètes que pour approfondir cette question de la sortie de l'UE, allez sur le site UPR, prenez le temps de consulter les conférences video, et adhérer si vous êtes d'accord avec les analyses et les solutions car les oligarques eux ne vous attendent pas, ils continuent leur œuvre de destruction et de mise en esclavage du monde.

jeudi, juillet 17 2014

Ce qu'on dit de l'Ukraine

Le problème de l'Ukraine est compliqué. J'essaye donc de rassembler ici des liens vers des articles et des vidéos qui permettent de mieux comprendre ce qui s'y passe.

Synthèse (les-crises.fr)

Régis Chamagne

Michel Collon (vidéo) Michel Collon Michel Collon

François Asselineau

Jacques Sapir

Robert Perry

dimanche, septembre 29 2013

Onfray

Je viens de me taper une heure de vélo avec Onfray dans les oreilles, c'est doublement fatiguant !

Il y a pas mal de sujets pour lesquels je suis d'accord avec Onfray (enfin ce que je comprends...), mais c'est bizarre il se dit libertaire. C'est un point de désaccord car moi je ne suis pas libertaire, du moins dans le sens où libertaire veut dire pas de loi, donc la loi de la jungle. Dans ce sens le libertarisme est la loi du plus fort donc ça je n'en veux pas. Je suis étonné que Onfray soit ce libertaire là donc c'est possible que j'ai mal compris.

Il y a un mot qui revient souvent c'est ontologie. Bon j'ai l'impression que tout le monde fait de l'ontologie comme monsieur Jourdain... Ah la la ces philosophes !

Sinon après avoir longuement parlé de la révolution, du communisme etc. une question posée l'amena sur l'interrogation de savoir quelles actions sont aujourd'hui révolutionnaires car il admet que faire une révolution comme dans le temps n'est plus possible à présent. Sa proposition est à l'image de Pierre Rabhi, de faire des choix de vie qui s'écartent de la norme qu'on veut nous imposer et d'être un minimum cohérent. Il est évidemment conscient que la conséquence de cela ne va pas apparaitre immédiatement comme une révolution mais il est important pour lui que chacun apporte sa contribution fut-elle minime afin que toutes ces contributions s'ajoutent un jour en quelque chose de plus grand.

Je suis d'accord avec cela, je fais moi-même quelques petites choses, mais le problème c'est que chacun peut très bien aller dans une direction différente de l'autre, et donc la convergence peut prendre très longtemps, et du temps à mon avis on n'en a plus trop avant que le fascisme généralisé s'installe. J'ai l'impression que les gens ne sont pas conscients de "l'extrèmisation" des gouvernements envers tout mouvement de protestation. Ce gouvernement de pantins idéologues qui par exemple envoie 20 CRS pour faire déguerpir de force une manifestation déclarée d'à peine 10 femmes pacifiques (évidemment, elles ne sont pas encore armées) qui veulent protéger la notion de lien mère-enfant (à Rodez).

Mais je m'égare, à propos de révolution cet interview de Frédéric Lordon est intéressante :


Frédéric Lordon : «Revenir aux monnaies... par Mediapart

Frédéric Lordon est en quelque sorte à l'opposé de Onfray car pour lui les actions que Onfray trouve révolutionnaire à terme, Lordon pense lui qu'elle ne changeront rien au niveau politique car les clés des changements sont dans les instances mondiales comme l'OMC, le FMI, la BCE, les Nations Unies etc. C'est à ces endroits que les ultra-libéraux mondialistes agissent et c'est là qu'il faut agir pour les contrer.

Cela va tout à fait dans le sens de l'UPR qui veut par exemple que la France récupère un siège entier à l'OMC et non pas un siège qui mélange tous les pays d'Europe dans lequel les voix individuelles sont noyées (dans les accords transatlantiques...). Dans la même logique l'UPR veut un siège au parlement européen pour pouvoir faire entendre une voix discordante (comme Nigel Farage fait entendre la sienne) dans un concert de consensus ultra-libéraux et anti-démocratiques.

Et je dirai pour conclure et rejoindre les deux bouts que mon adhésion à l'UPR est ma petite pierre pour amener la France à sortir du Titanic Union Européenne.

mercredi, août 22 2012

La diplomatie euro-atlantiste

Ashton et Clinton

L'image originale est issue de l'article de François Asselineau : L’exemple du Bahreïn : L’alignement complet de l’UE et de la politique française sur Washington.

Voici l'extrait qui commente cette image (que j'ai retouchée bien sûr) :

''4 décembre 2009 : les deux responsables en chef de la diplomatie euro-atlantiste se rencontrent au quartier général de l’OTAN à Bruxelles. La posture et le type de présence de chacune des deux femmes fait ressortir, de façon presque gênante, qui commande à qui :

À droite, Mme Hillary Clinton, Secrétaire d’État américaine. Avec son manteau rouge vif de grand couturier, sa permanente et ses mèches soigneusement colorées, son sourire carnassier et son regard assuré et triomphant, Mme Clinton est clairement la patronne.

À gauche la baronne Ashton of Upholland, « Haute Représentante de l’Union européenne pour pour les affaires étrangères et la politique de sécurité‎ » . Avec son vêtement clownesque, sa coiffure « maison » comme si elle sortait de la douche, sa tête légèrement baissée et rentrée dans son quintuple menton, et son air de chien battu, la Baronne Ashton est clairement la subordonnée.''

lundi, juin 13 2011

Farine animale

L'Europe pourrait autoriser à nouveau les farines animales .
Etonnant non ?
En fait non. L'Europe travaille essentiellement aux profits des actionnaires.
Donc désormais il y aurait des restrictions, les farines animales ne seraient pas données aux bovins mais aux poissons et ensuite (si tout se passe bien ?) aux porcs et aux volailles.
Donc on est absolument sûr que dans ces cas, ça ne pose pas de problèmes, on est tellement intelligent à la Commission Européenne.

Ca me fait une raison supplémentaire de détester cette Europe, et de manger végétarien :)

jeudi, mai 12 2011

Asselineau et l'Europe

Et oui encore lui, François Asselineau a encore frappé fort !
ALLER VOIR CETTE VIDEO !!!!
C'est un ordre.
Il faudrait vraiment que tous les français en âge d'aller voter connaissent cette video, c'est plein d'informations hallucinantes sur la réalité de l'Europe.
Après ça, on n'a plus qu'une envie qui est de voter pour Asselineau pour qu'il nous sorte de cette horreur qu'est devenue l'Europe. Efficace hein !
Le problème c'est que les choses ne sont pas si simple. D'une part, son parti l'UPR est inconnu de tous le monde, et d'autre part ce n'est pas sûr qu'il puisse se présenter.
Ensuite sa stratégie politique n'est pas hyper claire. Pour faire simple il se la joue perso et tirant sur tous les autres. Je ne suis pas certain que ce soit une bonne tactique de dire aux gens que les partis pour lesquels ils ont l'habitude de voter sont des repères de traitres et de menteurs, même si c'est vrai. Il faut parfois un peu de diplomatie pour faire passer un message sans heurter et braquer.
Mais ces hommes politiques ont souvent un ego sur-dimensionné et la même chose existe chez Cheminade ou Dupond-Aignan (dans une moindre mesure je pense).

Toujours est-il que si ces thèmes étaient abordés pendant la campagne (dont je n'attends rien de majeur en fait), ce serait déjà un progrès.
Entre Asselineau et Chouard on a une idée assez précise de ce qui ne va pas en Europe. Et comme ça n'est pas près de changer, il faut quitter l'Europe pour sauver la France.
Est-ce que les gens qui ont des enfants sont confiants pour leur avenir ? Est-ce qu'ils pensent qu'ils vont pouvoir travailler dans un monde plein de possibilités ? Est-ce qu'ils pensent que l'industrie en France sera florissante ?, et l'agriculture ?, et la santé ? et les services publiques ?

L'Europe est un bateau qui coule. Est-ce qu'on veut aller sur un canot de sauvetage ou bien on continue de jouer de la musique ad lib jusqu'au naufrage final ?

samedi, janvier 29 2011

Traité de Lisbonne

Comme le vote de l'assemblée nationale pour le Traité de Lisbonne m'est resté en travers de la gorge, j'aimerai me souvenir de qui a voté quoi.
J'ai retrouve cela sur cette page du site ladepeche.fr.
On y trouve évidemment les pour et les contre et aussi les abstentions. Cela m'a toujours mis mal à l'aise les gens qui s'abstiennent. Cela veut dire qu'ils n'arrivent pas à prendre une décision, c'est quand même grave. Pour moi quand on n'est pas pour, on doit être contre. Cela permet au moins de provoquer un débat supplémentaire. En particulier MM. Yves Cochet, Noël Mamère et François de Rugy se sont abstenus et cela confirme que je suis proche des écologistes sauf en ce qui concerne l'Europe.

lundi, janvier 24 2011

Nos amis les USA

Plein d'informations intéressantes sur nos amis des USA (CIA, NSA ...) dans cet entretien avec Thierry Meyssan, dont certaines sont recoupées par La stratégie du choc.

Quel monde de dingue quand même. Certaines personnes sont des criminels d'état, commettent des atrocités sans nom et ne rendent compte à personne, du moins pas à la population. Par contre le citoyen lambda qui marche en dehors des clous est immédiatement sanctionné, parfois même sanctionné sans raison (voir l'affaire d'Outreau) juste préventivement au cas où (je sais l'exemple n'a rien à voir avec les USA mais on pourrait citer les arrestations arbitraires faites après le false flag du 11/9).
En faisant référence à l'entretien : comment se débarrasser de cette ingérence des USA dans la vie des gens de tous les pays du monde ?
Déjà je pense qu'en sortant de l'Europe et de l'OTAN comme le suggère l'UPR, on doit retrouver quelques libertés. Mais comment sortir de l'Europe alors que le fait même d'évoquer le sujet fait sortir les yeux de la tête de tout le monde, tellement les gens sont intoxiqués par la désinformation permanente (merci Bernard Guetta).
En considérant juste les faits : est-ce que l'Europe actuellement est une réussite ?
Si non, est-ce que les dirigeants européens prennent des mesures de nature à améliorer notre vie future (plus de boulot, plus de social, plus de libertés...) ?
Je ne sais pas mais pour moi les réponses sont évidentes. Combien de temps faut-il essayer un système avant de se rendre compte qu'il est foireux et en changer ?

vendredi, janvier 21 2011

On sait ce qu'ils font...

...et on sait où cela va mener.

Lisez La stratégie du choc de Naomi Klein, j'en suis qu'au quart pour le moment. C'est une lecture passionnante qui revient en premier sur le passé des pays sud-américains comme le Chili confrontés à la dictature et l'ultra-libéralisme économique, sachant qu'ils fonctionnaient très bien avant dans le socialisme. J'ai été frappé par l'implication des USA dans les coups d'état pour instaurer ces dictatures. Alors on nous dit que les USA sont un pays ami. Mais il faut se rendre compte de ce que ce pays ami a fait contre les peuples d'Amérique du sud. Les USA ont plongés ces populations dans des massacres, des arrestations arbitraires, dans la torture. Tout ça parce qu'ils n'aiment pas les socialistes et qu'ils veulent imposer leur modèle économique. C'est de la folie furieuse. Evidement je ne parle pas de l'Afghanistan et de l'Irak car j'en suis pas encore arrivé là dans la lecture mais le parallèle est vite fait.
C'est aussi une lecture très effrayante car cela explique les mécanismes pour aboutir à un seul résultat : supprimer les classes moyennes, appauvrir la majorité pour enrichir une minorité au pouvoir. Dis comme cela ça parait banal mais les mécanismes par lesquels cela passe sont tellement proches (en beaucoup plus brutal quand même, à l'époque de Pinochet) de ce que la France vit depuis que la droite est au pouvoir (et même ceux d'avant en fait) qu'on est forcé d'être effrayé par la prévision que cela induit.
Alors, on ne peut pas dire que les dirigeants ne savent pas ce qu'ils font. C'est l'inverse, ils savent exactement ce qu'ils font et ce n'est pas pour le bien de la majorité, il faut s'en rendre compte.
Quand j'entends parler de la suppression des services publiques, de LOPPSI, de HADOPI, des propositions honteuses de MAM pour mater les tunisiens, de l'interdiction d'appeler au boycott des produits d'un pays qui massacre des milliers de gens et qui les enferme dans une prison à ciel ouvert (difficile de trouver lequel hein ?), je me dis que tout ça va dans le même sens : priver les gens de liberté, les surveiller car ils ont et vont avoir de plus en plus de raisons de se rebeller contre le pouvoir. Il faut donc préparer le choc.
Ce serait bien quelqu'un fasse la liste de toutes les libertés qu'on a perdues depuis 20 ans, de tous les services publiques bradés au privé, de toutes les régressions sociales qu'on a du accepter sous la menace de délocalisation. Je pense qu'une liste pareille aurait un impact fort sur les esprits.

La France et les pays européens sont vraiment sur une pente très dangereuse et j'ai peur que les gens ne le découvrent trop tard. Il y a pourtant un faisceau convergent d'indices mais c'est l'histoire de la grenouille dans l'eau qui chauffe...

mercredi, janvier 19 2011

U.P.R.

Allez, un peu de pub (encore !) pour ce parti politique qui propose tout bêtement de sortir de l'Europe.
Pour s'en faire une idée, rien de mieux que de lire la charte fondatrice. C'est diablement convaincant. En particulier quand il détaille les contradictions dans lesquelles sont enfermés les autres partis qui voudraient une autre Europe. Il dit tout simplement que c'est impossible, l'Europe ne peut pas ressembler à la France parce que ce sont 27 pays qui ont des intérêts divergents. Conséquence, pour retrouver notre souveraineté, il faut sortir. Bon je résume.
Je suis retourné sur ce site à cause d'un enregistrement radio auquel participe François Asselineau. Il a un peu de mal a exprimer sa pensée tellement en face c'est le déni de réalité mais il est clairement le plus convaincant des trois politiques. D'ailleurs il aurait fallu choisir des personnes plus intéressantes comme Mélenchon ou Dupont-Aignan par exemple. Mélenchon ne propose pas de sortir de l'Europe, donc ça devrait être intéressant de confronter leur points de vue. NDA veut sortir du traité de Lisbonne et de l'euro. Je ne suis pas sûr que ça veut dire sortir de l'Europe mais ça ne doit pas être très éloigné.
Enfin bon ce qui est sûr c'est que l'UPR ne pourra pas participer aux élections de 2012. Ils sont encore complètement inconnus. C'est dommage.

J'adhère au discours qui dit que reformer le fonctionnement de l'Europe est impossible. Pour cela il faudrait des consensus entre les pays et le seul consensus a été d'imposer une union économique sur le modèle ultra-libéral anglo-saxon, dont on voit aujourd'hui le désastre et la fuite en avant. Le référendum de 2005 aurait du permettre de remettre notre participation à l'Europe en cause. Il a été bafoué, donc la seule solution qui reste est d'élire un président dont le programme est la sortie de l'Europe. Finalement c'est simple :)
Je pense vraiment que ça pourrait donner un nouveau souffle à la France qui ne trainerait plus le boulet Europe. Alors on va me dire qu'il n'y a pas que du mauvais dans l'Europe. Je suis d'accord mais du coup il suffit de garder dans les lois françaises celle qui nous intéressent et jeter les autres. Ensuite on va me parler de la taxe carbone qui ne peut être faite qu'au niveau européen. C'est absurde. D'abord la Suède n'a pas attendu l'Europe pour faire la sienne, et en plus c'est un problème mondial, pas européen, et quand on voit qu'il ne se passe rien au niveau européen, ça veut dire que l'Europe ne sert à rien.
D'autres vont me dire : et la cours européenne des droits de l'homme, hein ? Bon là le problème c'est qu'il ne fallait pas élire Sarkozy non plus. Il ne faut quand même pas mettre n'importe quel fou à la tête de l'état. C'est vrai qu'ensuite il faut se rabattre sur les instances européennes qui gardent encore un sens.
Et puis les OGM (qu'on ne veut pas), le fromage au lait cru (qu'on veut) etc. Il y a plein de domaines où l'Europe veut nous imposer une vision, disons-le, venue des USA et dont on ne veut pas. Alors combien de temps on va supporter ces contraintes délirantes ? On peut avoir les mêmes problèmes en France, mais au moins on a plus de leviers (normalement) pour changer les choses puisqu'il n'y a qu'un seul pays à convaincre, et c'est déjà compliqué alors 27, c'est impossible.
Pour résumé : sortir de l'Europe pour retrouver notre souveraineté au lieu de l'abandonner à des instances non élues et qui virent au totalitarisme.

samedi, août 8 2009

Les aides

Je suis vraiment scandalisé par le fait que le gouvernement envisage seulement un instant de demander aux producteurs de fruits et légumes de rembourser les aides perçues.
Il me semble que c'est entièrement au gouvernement d'assumer la pseudo illégalité de ces aides par rapport aux principes débiles de l'Europe puisque c'est lui qui les a versées. C'est aussi à ce gouvernement d'assumer les actions de leurs prédécesseurs.
A mon avis les producteurs ne doivent pas céder, ils doivent faire bloc, le gouvernement ne pourra pas les obliger à rembourser ces aides à partir du moment où ce sont des aides et non des crédits.
C'est la crise et l'Europe nous tape sur la tête pour bien qu'on s'enfonce profond. Si vous voulez encore de cette Europe, continuez à voter UMP les français !

mercredi, mai 20 2009

L'Europe, c'est quoi ?

Une lecture fort intéressante http://www.inlibroveritas.net/lire/oeuvre23429.html sur l'Europe qui permet de se faire une image (un peu toujours négative néanmoins) sur certains aspects de son fonctionnement, de ses dérives.
A méditer le jour du vote si vous êtes indécis ;)

dimanche, octobre 28 2007

Des graphiques

Quelques graphiques ici qui donnent plus de réalité à la fin annoncée du pétrole.

Il est dit dans l'analyse que l'Europe est en situation de dépendance totale pour le pétrole et l'uranium car elle n'aura plus rien vers 2030.
C'est évidemment assez inquiétant mais alors beaucoup de pays seront dans la même situation. On comprend mieux la folie des guerres "préventives" en voyant ces graphiques, on imagine la panique des dirigeants qui regardent ces graphiques et se disent: "qu'est-ce qu'on va mettre dans nos avions (de guerre), nos chars, nos blindés ?". Mais au lieu d'utiliser intelligemment le pétrole qui restent, ils le brûlent dans une folie meurtrière.
Ca me fait penser aux feux de circulation (je fais une parenthèse), l'autre jour je rentre du boulot (en voiture, j'avais un colis à prendre...), j'arrive à un croisement, le feu est vert, évidemment je ne change pas ma vitesse d'un iota. La personne en voiture derrière moi, gagnée par la panique dans l'idée de devoir éventuellement s'arrêter au feu rouge à cause d'un imbécile (moi) qui respecte les limitations, me double rageusement à un endroit plutôt dangereux en franchissant la ligne continue.
Tout ça pour dire que certains problèmes, même anodins provoquent une panique irraisonnée chez les gens.
Que se passera-t-il lorsque le plein sera à 100€ (pour une voiture ordinaire, pas un 4x4) voir plus ?

Je viens de penser à un système de financement pour les transports en commun. Pour moi le bus devrait être gratuit pour être vraiment pratique d'utilisation et attirant. Pour le financer les municipalités pourraient taxer les trajets en voiture en ville. Par contre les aspects pratiques me semblent compliqués à résoudre mais je ne suis pas spécialiste des taxes. Malheureusement je ne vois pour le moment que la solution de mettre un mouchard dans la voiture, pas génial pour la sauvegarde des libertés individuelles... Ou alors un péage (compliqué) ?.
Ou alors, plus simple, l'achat d'une voiture serait taxé selon les rejets de CO2 et la vignette serait remise au goût du jour en se basant sur les rejets en CO2. Ca me parait bien ça ;)

samedi, septembre 1 2007

Europe et autres pensées

Si vous pensez que le gouvernement ne se soucie pas de l'avis des citoyens, allez donc signer cette pétition car pour le moment il n'y pas grand monde: http://referendumeurope2007.free.fr
J'entendais ce matin à la radio le patron de Swatch (Nicolas je ne sais plus quoi) qui disait que les Suisses ne veulent pas rentrer dans l'Europe car la démocratie n'y est pas respectée. Je crois que c'est en Suisse qu'il y a énormément de consultations populaires.
La démocratie est en danger devant les intérêts financiers, elle se disloque morceaux par morceaux sans qu'on en prenne conscience jusqu'au jour où on ne pourra plus rien faire, il sera trop tard car les lois protégerons l'ordre plutôt que la liberté. Critiquer l'état deviendra interdit car trouble de l'ordre. Ce qui est inquiétant c'est que ce moment est peut-être déjà arrivé tant les grand médias sont très peu critiques.

Ca me fait penser au Verts, pendant des années ils ont été traités de marginaux, de hippies et que sais-je, alors que leurs discours étaient visionnaires. Le résultat est que maintenant il est peut-être trop tard pour influer sur le cours des événements, et que de toute façon tout le monde continue son activité comme avant (avant quoi ? avant la prise de conscience qu'on n'a qu'une planète et qu'elle est petite ?).

J'en viens au comportement des gens au volant, en ville particulièrement, ils continuent encore à accélérer fort au feu vert pour freiner fort 100m plus loin au feu rouge. J'ai vraiment cessé ce jeu débile, je ne sais pas si c'est l'âge mais j'essaye d'avoir une conduite coulée et de ne pas conduire en fonction des feux, en particulier je n'accélère pas quand j'arrive sur un feu vert qui risque de passer à l'orange. Je fais ça parce que je ne suis pas pressé la plupart du temps et je ne pense pas que la plupart des gens sont plus pressés que moi, tout le monde va au boulot le matin et reviens le soir, ce n'est pas quelques arrêts aux feux qui vont changer la journée.
Ce qui est drôle c'est que j'ai pris mon vélo pour aller au boulot cette semaine et que c'était très agréable (malgré quelques pots d'échappement). On se sent plus libre et moins idiot qu'en voiture. J'essaye néanmoins de respecter le code de la route car il concerne tous ses usagers, bien qu'il ait été fait principalement pour les voitures. Je n'approuve pas les cyclistes qui utilisent tous les moyens de ne jamais s'arrêter (brûler les feux, utiliser les trottoirs, les passages piétons...). On ne peut pas demander aux automobilistes de respecter les cyclistes si ces derniers ne respectent rien.
Je crois malheureusement que le respect est une valeur qui disparaît.